Skip to content

TotalEnergies travaille depuis 2013 au développement et à l’utilisation de la robotique terrestre autonome appliquée aux opérations Oil & Gas, un domaine dans lequel nous sommes aujourd’hui leader. En novembre 2020, un robot de surveillance a été déployé sur notre usine de gaz aux îles Shetland pour un test de longue durée. Une première mondiale qui va nous permettre de consolider cette brique technologique d’avenir.

Le projet Argos : des robots autonomes sur les sites pétroliers

Une des missions de la R&D est de préparer les installations du futur, plus simples, plus légères et moins coûteuses. Le projet Next-Generation Facilities est l’illustration de cette démarche où sont conciliés réduction des coûts techniques, excellence opérationnelle et maintien de hauts standards HSE. La robotique de surface avec le projet ARGOS (Autonomous Robots for Gas and Oil Sites) est une composante clé de nos futures architectures opérées sans présence humaine continue. Nous travaillons au développement de robots de surveillance, capables d'entendre ou de voir des fuites de gaz ou des points chauds (départs de feu), afin d’améliorer la sécurité sur site. Nous développons également des robots capables d’interagir avec les installations. Un robot de manipulation simple pour les tâches d’opération et un robot de manipulation complexe dédié plus spécifiquement pour les tâches de maintenance sont ainsi en projet. Avec ces trois types de robots, nous pourrons opérer dans le futur tout type de site à distance.

Première mission autonome d’un robot ATEX sur un site d’Oil & Gas

TotalEnergies travaille depuis 2013 au développement et à l’utilisation de la robotique de surface appliquée aux opérations Oil & Gas

De l'expérimentation à l'industrialisation : un parcours jalonné de premières mondiales

Cette aventure commencée en 2013 par le Challenge ARGOS, une compétition de robotique menée en open innovation, a permis de démontrer en 2017, la faisabilité d’un robot de surface autonome et ATEX (ATmosphères EXplosives), capable d’opérer sur nos sites de manière autonome, de détecter des anomalies et d’alerter les opérateurs. Depuis, nous travaillons avec la start-up autrichienne TAUROB, vainqueur du Challenge ARGOS et poursuivons avec elle le développement du robot baptisé OGRIP (Offshore Ground Robotics Industrial Pilot). Durant les phases de développement, de nombreux tests ont été réalisés sur nos sites, en particulier aux Shetland, sur notre site pilote au PERL et à Tempa Rossa en Italie.

L’année 2020 marque la fin du développement du robot d’inspection. Depuis sa présentation aux Investors Day en février, le robot a démontré son potentiel sur un de nos site offshore des Pays Bas et a commencé en novembre un test longue durée aux Shetland où deux robots sont déployés. L'objectif principal de ce test prévu pour une durée d'un an sera de confirmer la robustesse du robot dans un environnement industriel difficile. Durant cette année, ces robots de surveillance effectueront de manière autonome des rondes dans une unité de traitement de MEG (déshydratation du gaz) où ils relèveront des paramètres procédés. La fiabilité du robot sera analysée en détail afin d'apporter toutes les améliorations nécessaires pour un déploiement plus large dans nos installations. La prise en main des robots par le site est une étape importante pour l'adoption de cette technologie par les équipes opérationnelles. Dans les prochains mois, des tests complémentaires se dérouleront en parallèle à Lacq, en Italie, aux Pays-Bas et à terme, d'ici à 2022, en Afrique ou au Moyen-Orient.

Le JIP ARGOS : partager notre vision

Cette nouvelle technologie doit nécessairement s’accompagner d’une nouvelle philosophie opératoire sur nos sites industriels. Proposer un tel changement sur un prochain développement ne pourra donc être possible sans le soutien de nos partenaires. C’est pour partager cette vision commune, ainsi que les efforts de développement dans le domaine de la robotique de surface, que nous avons initié la création du JIP (Joint Industry Project) ARGOS, en partenariat avec EQUINOR et l’OGTC.

Ce JIP sera divisé en phases de deux ou trois ans qui auront chacune la mission de délivrer une nouvelle version du robot dont la complexité ira croissante. Sa phase I démarrée en juillet 2019 visera le passage de la version 1.0 (robot OGRIP) à la version 2.0, pour délivrer d’ici fin 2021 le premier robot capable d’opérer une plateforme de têtes de puits. La phase 2, en préparation, devrait démarrer en suivant, l’accent sera mis cette fois sur la dextérité et le travail en collaboration des robots.

Se doter d’un site de test robotique

En complément des essais et pilotes sur site, nous utilisons la plateforme de développement robotique de Lacq dans le Sud-Ouest de la France pour affiner notre expertise, trouver de nouveaux cas d’usage, travailler sur la conduite des robots à distance et le management d’une flotte de robots.  Les éléments d’ergonomie des futures installations pétrolières y sont également testés afin de faciliter l’usage des robots sur nos sites.

Cette plateforme est adossée à l’infrastructure TADI, une surface de tests optimisée pour la robotique. Elle comprend une structure modulaire de 6 mètres de haut et quelques bancs d’essais, afin de tester les capacités des différents équipements depuis une salle de contrôle à distance.

  • Robot OGRIP, K5 Complex, Offshore Pays Bas
  • Robot OGRIP, K5 Complex, Offshore Pays Bas
  • Robot OGRIP, K5 Complex, Offshore Pays Bas
  • Robot OGRIP, Shetland Gas Plant, UK
  • Déploiement du robot OGRIP, Shetland Gas Plant, UK
  • Plateforme de développement Robotique de l’EP, TADI, Lacq, France

Offshore profond

De nouveaux horizons à portée de main

Recherche & Développement

Un moteur de la compétitivité de TotalEnergies